Lev Koulechov est un grand réalisateur de cinéma et un important théoricien du cinéma soviétique qui a marqué irrémédiablement l’histoire du grand écran du début du XXème siècle jusqu’à aujourd’hui. Son enseignement se base essentiellement, sur le respect la « géographie » de l’action. En effet, quand on filme deux personnages, il faut pouvoir déterminer, avant le tournage ce qui sera « l’angle général pour le tournage de la séquence entière ». C’est pourquoi il faut ensuite imaginer les autres cadrages en fonction de cet angle général. Les cinéastes américains l’avaient définie auparavant comme étant la règle des 180°.

« Lorsque l’on filme deux personnages qui se font face en champ/contrechamp, la caméra ne doit pas franchir la ligne imaginaire qui réunit ces personnages »

Autrement dit, si lors du premier plan filmé, la caméra se situe à la gauche du personnage A, durant les plans suivants, y compris lors du contrechamp, ce plan devra être tourné avec la caméra toujours placée du côté gauche du personnage A. Et cette règle immuable concerne bien entendu un découpage en plans fixes.

En effet, si la règle n’est pas suivie, c’est-à-dire, si la caméra franchit la ligne imaginaire qui relie les deux personnages ou si le réalisateur tourne un autre plan fixe où elle serait à droite du personnage A, Lev Koulechov conclut que :

« la géographie de l’action n’est pas claire puisqu’au cours de la prise de vue nous avons gravement porté atteinte à la direction (angle) générale de prise de vues… Qui est à gauche, qui est à droite, vers où regardent les personnages ? Impossible de le savoir »

Le passage des 180° d’un plan au plan suivant entraine automatiquement le fait qu’un personnage placé à gauche du cadre sera cette fois à droite du cadre. 

La Géographie de l’action
Facebook
Twitter
YouTube